« Je suis spéciste » – Elisabeth de Fontenay

PS : ces extraits viennent de l’émission « Vivre avec les bêtes » en date du 6 mars et du 13 mars 2011

Décidément, cette émission n’est là que pour asseoir intellectuellement (ou consolider) la domination et la supériorité des Hommes sur le reste des animaux. Sa création a été nécessaire puisque le véganisme, comme philosophie morale et comme manière de vivre, prend de l’ampleur et cela fait peur à ceux qui se sont habitués à se considérer supérieurs. Cette émission est un effort désespéré pour garder infranchissable la frontière entre l’homme et l’animal. De Fontenay dit que nous sommes des êtres d’histoire, qui posons le droit et qui pouvons changer les conditions sociales de nos vies. Ce sont ses arguments phares pour garder la spécificité humaine et donc notre supériorité morale sur les animaux (ce qui justifie, bien sûr, de les priver de liberté et de vie comme bon nous semble). Je ne vois pas, Madame, où sont cette considération et cette passion pour les animaux dont vous êtes si fière : comment se manifestent-elles ? Vous avez enfin avoué que vous êtes spéciste, j’apprécie. En même temps, tout le monde l’avait compris avant que vous ayez le courage de le dire. Je me demande comment vous pouvez encore vous permettre d’oser dire que vous avez de la considération pour les animaux. La prochaine fois, définissez le terme. Votre considération condescendante (puisque vous êtes spéciste) n’est qu’une contradiction dans les termes et une manière de vous déculpabiliser et de vous cacher la vérité de vos actes.

Quant à Jeangène Vilmer, il est sur le « bon » chemin, mais est resté un utilitariste (pour faire simple, on peut tuer les animaux si ce que nous y gagnons est plus important que ce qu’ils perdent et si nous le faisons sans douleur, « humainement ») du même genre que Peter Singer, donc rien à applaudir là-dessus…

Pour la première partie de l’enregistrement, Fabienne Chauvière, avec une voix mielleuse (un végan a-t-il le droit d’utiliser ce terme ? haha) ne fait rien de moins que la pub à des fédérations de pêche. Nous pouvons aller « taquiner le goujon » (expression qui veut dire « faire de la pêche à la ligne » mais qui peut aussi être interprétée comme un euphémisme pour éviter l’expression « tuer le goujon » qui représente la réalité matérielle de cette expression manipulatrice). Et, « pour permettre à certaines espèces de poissons de se reproduire [ne sommes-nous pas gentils quand même ?]  » nous avons délimité la tuerie dans le temps : il n’est autorisé de voler la vie de ces êtres que pendant 6 mois. Au-delà, c’est immoral…

Alors, encore des doutes sur les buts de cette émission ? Croyez-vous vraiment qu’elle est là pour les animaux ? Moi je propose de la boycotter tout simplement et de dire à France Inter les raisons de fond.

Une réflexion sur “« Je suis spéciste » – Elisabeth de Fontenay

  1. « Le mythe de la supériorité humaine repose sur le paradoxe que voici : si nous sommes supérieurs en conscience à l’animal, nous devons donc être plus justes, plus sensés, plus altruistes. »

Quel est votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s