Pour sauver des vies, il faut brider les véhicules

On estime à 1,3 millions le nombre de morts dues aux accidents routiers. En cause, bien sûr, les drogues de toute sorte, l’inattention, la fatigue entre autres. A cela, il faut ajouter les facteurs non-humains (conditions météorologiques, animaux surgissant de nulle part…). Il est donc évident qu’il faut travailler en amont sur toutes les causes qui sont dues au style de vie que les humains mènent. Cela tient, bien sûr, à la responsabilité de chacun de faire plus attention en conduisant. Mais le fait est que cette responsabilité fait trop défaut. Et cela coûte cher et pour soi et pour les autres. Il faut faire confiance à la liberté humaine et croire que chacun puisse se responsabiliser. Mais il y a une chose à laquelle on ne pense pas assez : étant donné que malheureusement (et c’est un fait) beaucoup d’humains sont absolument irresponsables en voiture, pourquoi ne pas agir à la base ? Les voitures vendues dépassent pour la plupart les 200 km/h. En France, par exemple, la limite de vitesse est de 130 km/h. A quoi cela sert-il d’avoir une voiture qui peut aller jusqu’à 200 voire à 250 km/h ? A faire vendre, bien sûr, car l’égo est ce qu’il est : « Ma voiture va plus vite que celle de mes voisins ». Les constructeurs de voitures ont donc une responsabilité énorme dans tous les accidents dus à la vitesse. Au lieu de renchérir sur la puissance et la vitesse, ils devraient plutôt se concentrer sur la sécurité, le confort, la maniabilité, les options importantes. Sûrement, ils vont répondre : ce n’est pas de notre faute si les conducteurs ne respectent pas les limitations de vitesse. Oui, beaux hypocrites que vous êtes, ce n’est pas de votre faute. Mais la réalité humaine est telle qu’il y a beaucoup de gens irresponsables qui ne devraient pas avoir la possibilité de rouler vite. Pourquoi offrir cette possibilité quand on voit ce que certains en font ? Que perdraient les constructeurs s’ils se concentraient tous sur autre chose que la puissance et la vitesse ? Rien, ils auraient tout simplement plus de gens en vie qui feraient des acheteurs potentiels. Mais comme il ne faut pas attendre que ceux qui ne veulent rien d’autre que gagner de l’argent s’intéressent à la sécurité des humains, la seule solution c’est qu’un gouvernement sérieux et responsable interdise la vente et la circulation, sur son territoire, de voitures qui dépassent de trop la limite de vitesse autorisée. Les constructeurs s’adapteront sûrement. Les conducteurs aussi.

En France on estime à environ 1000 (sur plus de 3500 morts au total) le nombre de personnes qui n’auraient pas perdu la vie si les limitations de vitesse avaient été respectées. 1000 personnes représentent tout autant de tragédies inutiles et surtout, surtout évitables. Brider les véhicules dès la fabrication n’empêchera pas les accidents dus aux drogues etc. Mais cela évitera les accidents dus à la vitesse excessive. Et c’est loin d’être négligeable.

Mais, évidemment, il faut aussi réfléchir sérieusement à une société où les véhicules seraient moins présents et oppressants.

Programme politique sur la protection animale du Front national

On entend souvent que le Front national est le seul parti à « défendre » les animaux. J’ai donc décidé de vous montrer son programme sur ce sujet. Le voilà :

« La législation concernant l’élevage en batterie sera revue afin d’offrir un espace vital décent aux animaux ; un crédit d’impôt aidera les éleveurs à transformer leurs installations en conformité avec les nouvelles normes.
L’interdiction de l’abattage des animaux destinés à la consommation sans étourdissement préalable, qui s’impose pourtant à la France, sera respecté. La législation concernant les expérimentations sur des animaux sera durcie, notamment pour les cas où la recherche permet de les éviter. Les programmes de lutte contre l’abandon d’animaux de compagnie seront soutenus par l’octroi par l’État de plages de publicité gratuites sur le service public audiovisuel, et un soutien accru aux associations engagées dans ce combat. »

C’est tout me direz-vous ? Évidemment que c’est tout, vous croyiez quoi ? Comme vous voyez, rien de concret, rien de précis, aucun engagement, rien de rien. Toutes les prises de position n’étaient que de la communication manipulatrice. Le Front national, comme la plupart des partis, n’a rien à faire des animaux non-humains. Il ne veut abolir ni la chasse, ni la corrida, ni l’expérimentation, ni les cirques ni, encore moins, les abattoirs… Maintenant, vous savez.

Question à peine provocatrice

Qu’est-ce qui distingue le végétarisme et l’omnivorisme ?

Réponse : le temps. Comment ça quel temps ? Le temps qui sépare l’exploitation des animaux pour leur lait, leurs œufs etc. de leur mort pour la viande. Le végétarien est donc un omnivore attardé.